Le simple plaisir de voyager en Asie

Le simple plaisir de voyager en Asie, c’est sans doute d’observer les petits riens plutôt que de chercher à noter tous les détails exotiques à nos yeux.

Le simple plaisir de voyager en Asie

Le simple plaisir de voyager en Asie (7)

Paris asiatique présente des bonnes adresses de restaurants asiatiques, des découvertes culturelles, des portraits et des voyages autour de l’Asie.

J’ai lancé ce site internet pour permettre aux personnes passionnées par l’Asie d’échanger, mais je me suis vite rendu compte que l’intérêt pour les nourritures et les cultures asiatiques était beaucoup plus large que ce cercle restreint.

L’Asie à Paris

Il était naturel pour moi de commencer la série de guides consacrés au Paris asiatique par L’Inde à Paris. Amoureux de ce pays, ayant eu la chance de vivre là-bas, j’en ai tiré un essai, intitulé Adelma.

Puis j’ai souhaité saluer le travail des cuisiniers qui font tout pour mettre en valeur la richesse de leurs gastronomies respectives, par-delà l’offre pléthorique et souvent médiocre des traiteurs asiatiques de quartier, avec le guide Les Meilleurs restaurants asiatiques à Paris.

Vers l’Est

Le simple plaisir de voyager en Asie (3)

Mais Paris asiatique est également né de la volonté de mettre en avant des initiatives singulières pour parler différemment de l’Asie en France.

De fait, je suis régulièrement sollicité par des personnes qui n’ont jamais voyagé en Asie et qui s’excusent presque de me demander conseil. A la suite du guide Voyager pas cher en Europe et au moment d’achever mon tour d’Europe, je me suis dit qu’il était temps de partager mes connaissances pour permettre à d’autres de se lancer à l’aventure.

Il faut passer du temps à attendre quelqu’un dans un aéroport d’Asie pour rester stupéfait face à la nuée de backpackers occidentaux qui sortent véritablement en armes de l’avion, déjà sur le qui-vive de l’arnaque qui les guette, aussi fiers que Michael Kohlhaas cherchant ses chevaux.

Tout paraît être en effet une grande affaire lorsque l’on se lance pour la première fois vers l’Asie. Je garde un souvenir amusé de la nuit avant mon départ pour l’Inde. J’ai même une certaine tendresse en repensant à toutes les choses inutiles que j’avais pu mettre dans ma valise, reflet de mes angoisses au moment de partir vers l’inconnu.

« Je n’ai pas besoin de savoir ce qui se dit, mon fils, j’ai trop à faire avec la vie », Dany Laferrière

Le simple plaisir de voyager en Asie (2)

Alité malgré moi à Istanbul récemment, réduit à n’entendre que la rumeur de la rue, je me suis souvenu avoir passé ma première matinée en Inde à observer le spectacle de la rue en mouvement depuis mon balcon. Le bruit de la rue, son animation. Pouvoir à loisir contempler ce ballet fait en soit partie du simple plaisir de voyager en Asie.

Le temps devient rapidement secondaire, tout comme les nouvelles venues d’Europe. Ces routines qui nous semblaient indispensables à la vie quotidienne apparaissent sous leur jour véritable : des choses futiles.

Dans son livre Paresse: Histoire d’un péché capital, André Rauch souligne à quel point notre quotidien est régi par l’obsession de faire quelque chose. Quand un couple se retrouve après une journée de travail autour du dîner, les variantes d’une même question reviennent : « qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui ? ».

Je partage la tentative de Françoise Héritier pour mettre en avant « ces petits riens qui parfois nous sont tout » dans Le Sel de la vie : Lettre à un ami. Le texte n’est pas mémorable, il est présenté sous la forme d’une liste décousue, mais je comprends très bien ce qu’a dû ressentir l’auteur. Elle s’est décidée à écrire après avoir reçu la carte postale d’un ami médecin où figuraient les mots : « Une semaine de vacances volée en Ecosse ».

Même au retour d’un voyage, on attend de vous que vous racontiez ce que vous avez fait. Comme une évidence. Alors imaginez quand vous reviendrez d’Asie, il faudra sans doute parler de batailles, de rois et d’éléphants pour avoir la paix.

« Aux yeux du souvenir que le monde est petit ! », Charles Baudelaire

Le simple plaisir de voyager en Asie (1)

On perd son temps à noter chaque détail exotique, à prendre tout en photo, alors que ce qui compte vraiment, ce sont les moments où il ne se passe rien. Ce moment où l’on est devenu familier avec une ville étrangère, où l’on cherche à retourner à un endroit qui nous a charmé quelques heures ou quelques jours auparavant plutôt que de continuer à explorer les lieux.

Ce moment où l’on croise les enfants birmans qui ornent la couverture de ce guide, celui où l’on suit des écoliers en uniforme à Dehradun, celui où l’on manque de se faire renverser par une moto dans un instant de rêverie. La vie est là pour vous rappeler à l’ordre.

« Si c’est vrai que la terre tourne, alors j’attends ma maison ici », écrivait Malcolm Lowry sous l’emprise de l’alcool. Avec Voyager pas cher en Asie, j’espère vous faire (re)découvrir les grandes destinations touristiques d’Asie, mais aussi vous inciter à entreprendre de nouveaux voyages.

Bon voyage !