Les meilleurs restaurants laotiens à Paris

Les restaurants laotiens à Paris reflètent le profond attachement de la diaspora lao à ses traditions culinaires. Pourtant, on découvre très souvent les plats laotiens sans le savoir, au détour d’un menu mélangeant les spécialités d’autres pays d’Asie du Sud-Est, comme la Thaïlande ou le Vietnam. Cette première approche donne envie de considérer la cuisine laotienne en elle-même.

Les meilleurs restaurants laotiens à Paris

La sélection des internautes

Pour une réservation rapide, une faim de loup ou une envie soudaine de restaurant laotien à Paris, voici avant de commencer les adresses les mieux notées par la communauté, cliquez sur le restaurant laotien qui vous intéresse pour avoir tous les détails et réserver directement en ligne :

Voir le classement complet

Pour ceux qui cherchent à célébrer un événement dans un cadre d’exception, les offres du moment sont à retrouver sur Réserver Chic.

Maintenant que les plus impatients sont rassasiés, entrons dans le vif du sujet avec nos adresses préférées.

La cuisine laotienne n’est pas influencée par la gastronomie chinoise, ce qui est une grande différence par rapport aux autres pays de l’Asie du Sud-Est continentale. Au Laos, on se sert par exemple surtout de l’huile de noix de coco comme matière grasse.

L’alimentation laotienne est à base de riz. Il est agrémenté de porc, de bœuf, de canard et de poulet, mais aussi de poisson. Les légumes sont très nombreux et variés. Dans le sud du pays, on cultive le thé et le café sur le plateau des Bolovens.

Habituellement, la cuisine laotienne est très relevée, à l’image du lap, salade où la viande est assaisonnée avec du piment rouge et du citron vert. L’accompagnement de riz gluant permet alors d’adoucir une bouchée un peu trop généreuse.

Néanmoins, on peut surtout retenir l’utilisation très variée des herbes, qui donne beaucoup de personnalité aux plats laotiens. On pense à la ciboulette, à la coriandre et à la menthe bien sûr, mais il n’est pas rare que certaines lianes et autres feuilles d’arbustes sauvages entrent dans la composition des recettes.

Dans un pays rural comme le Laos en effet, la proximité avec les produits de la nature a longtemps été très forte. Traditionnellement, la pêche, la chasse et la cueillette permettaient de s’approvisionner en gibier, en herbes et en plantes sauvages.

C’est ce qui explique que des exilés se soient lancés dans le maraîchage et le jardinage pour cultiver des plantes d’Asie à leur arrivée en France, quand il était difficile de s’approvisionner en produits asiatiques en dehors de la région parisienne. Il a aussi parfois fallu adapter les recettes laotiennes traditionnelles pour remplacer des ingrédients rares ou onéreux.

Envisagée comme « nourriture de l’âme », la cuisine laotienne permet à l’exilé de retrouver une continuité entre ses souvenirs du pays et la vie en France. Pour les générations suivantes, l’alimentation reste un marqueur identitaire essentiel. Comme le souligne le footballeur Billy Ketkeophomphone, né en région parisienne : « Du Laos, je ne connais que des photos et les souvenirs de mes parents. Je comprends aussi la langue. Je ne suis jamais allé là-bas ».

  

Les institutions

  

Lao Lane Xang, 105 avenue d’Ivry, 75013 Paris

lao-lane-xang-105-avenue-divry-75013-paris-min

Le lieu ne paye pas de mine, mais conserve l’esprit cantine des débuts de la famille Siackhasone. On commence par attendre une bonne vingtaine de minutes avant de trouver refuge entre quelques convives. Il faut dire que les formules du midi sont particulièrement attractives (9,60 et 12,60 €).

Bien qu’on puisse explorer la cuisine thaïlandaise et vietnamienne, les novices privilégieront les plats laotiens : salade de riz croustillant et viande de porc fermenté à la laotienne, crêpes de riz laotiennes au lait de coco et aux crevettes, brochettes de bœuf grillé. Le canard laqué au curry rouge et basilic fait aussi un bon intrus. En dessert, un riz gluant au coco et durian vous fera des souvenirs.

PRIX : De 15 à 30 € – HORAIRES : 12h-15h et 19h-23h (22h30 le dimanche). Tous les jours, sauf le lundi. –  MÉTRO : Tolbiac, Olympiades, Maison Blanche – TÉL : +33 1 45 85 19 23

  

– Lao Lane Xang 2, 102 avenue d’Ivry, 75013 Paris

lao-lane-xang-2-102-avenue-divry-75013-paris-min

Il faut monter à l’étage pour s’apercevoir qu’on est dans la version premium du Lao Lane Xang, même si l’ambiance fait moins gargote asiatique que l’adresse historique. La réservation est indispensable le soir.

Le midi, une formule intéressante permet de prendre un plateau entrée-plat-boisson (10,80 €). Au menu, des plats simples et efficaces : bœuf haché aromatisé à la laotienne (lap neua), crevettes sautées au basilic, curry rouge ou vert de bœuf. Un dessert à base de lait de coco fait l’affaire.

PRIX : De 15 à 30 € – HORAIRES : 12h-15h et 19h-23h. Tous les jours, sauf le mercredi. –  MÉTRO : Tolbiac, Place d’Italie, Maison Blanche – TÉL : +33 1 58 89 00 00

 
 

Cantines laotiennes

 
 

– Lao Siam, 49 rue de Belleville, 75019 Paris

lao-siam-49-rue-de-belleville-75019-paris-min

La réputation de ce restaurant n’est plus à faire : la queue à l’extérieur (30 min sauf à arriver dès 19h) et la foule à l’intérieur le diront bien assez.

Le service est stressé, supervisé d’un œil expert par la patronne des lieux. On ne s’entend guère parler et on se retrouve apostrophé par un voisin bienveillant qui veut prendre attache. On préférera pour cette raison la deuxième salle, à l’arrière.

Les plats, aux portions copieuses (10-15 €), arrivent à mesure qu’ils sont préparés. Pour les saveurs, les habitués vous diront que c’était mieux avant. Le poulet est décevant, mais tout le reste est à goûter, notamment la saucisse laotienne, l’ananas farci ou la salade de calamars. On retrouvera des classiques de la nourriture thaïe.

PRIX : Moins de 15 € – HORAIRES : 12h-14h et 19h-22h. Tous les jours, sauf le dimanche soir. –  MÉTRO : Belleville ou Pyrénées – TÉL : +33 1 40 40 09 68

 
 

– Lao Viet, 24 boulevard Masséna, 75013 Paris

lao-viet-24-boulevard-massena-75013-paris-min

Un endroit minuscule et bondé vous attend, caché à quelques pas du périphérique. Il vaut mieux réserver si vous vous déplacez en meute. Les photos de la carte donnent envie d’un festin.

Le plateau découverte à 15 € permet d’explorer la cuisine laotienne et vietnamienne : saucisses laotiennes, salade de papaye, salade de bœuf cru et bœuf séché. Le tout est frais et délicat.

Le bobun (8 €) ne laisse pas un souvenir impérissable, mais les rouleaux de printemps (5,2 €) ou les pâtes de riz sautées sont sympathiques. Si vous revenez, les habitués vous parleront du nem lao (riz croustillant) et du yam lao viet (salade de crevettes et seiches avec des noix de cajou).

Le service est rapide, par respect pour ceux qui attendent dehors.

PRIX : Moins de 15 € – HORAIRES : 12h-15h et 18h30-22h30. Tous les jours, sauf le mardi. –  MÉTRO : Porte d’Ivry, Olympiades – TÉL : +33 1 45 84 05 43

 
 

– Meiwenti, 115 rue du Chemin Vert, 75011 Paris

meiwenti-115-rue-du-chemin-vert-75011-paris-min

Ceux qui regrettent la fermeture du restaurant thaï Kao Pat pourront se réjouir avec son successeur qui mélange cuisine vietnamienne, laotienne et thaïlandaise.

L’endroit est idéal pour la pause déjeuner avec des formules (9 €) pour déguster bobun, poulet au curry rouge ou salade de mangue verte. Les desserts sont inspirés comme le tapioca à l’igname et au sésame.

On regrettera la vaisselle en plastique, mais avec les 4 places en salle la plupart des clients prennent à emporter.

Autre adresse : 53 rue de Richelieu, 75001 Paris

PRIX : Moins de 15 € – HORAIRES : service continu 12h-19h (17h le samedi). Tous les jours, sauf le dimanche. –  MÉTRO : Voltaire, Rue Saint-Maur – TÉL : +33 9 52 89 98 00

  

Pour aller plus loin